Sarah Jessica Parker: Que serait New York sans bibliothèques ?

Ce billet-ci est vieux de quelques moi, cependant, je crois, Il est encore important et nous laisse voir que les coupures dans les bibliothèques est un fait rependu un peu partout dans le monde, néanmoins, ce qui est remarquable c’est le fait qu’un personnalité publique lève la voix en défense des institutions qui promeuvent un accès démocratique et gratuit à l’information.

Publié par les employés de la Bibliothèque publique de New York (NYPL), le 20 mai 2019 dans le blog de la bibliothèque avec le titre : Sarah Jessica Parker: What Would New York Be Without Libraries?

Billet de Sarah Jessica Parker

Les bibliothèques comptent beaucoup pour moi et ma famille. J’ai toujours fréquenté ma bibliothèque locale et j’y ai emprunté des livres aussi loin que je me souvienne. Au cours des deux dernières décennies, la bibliothèque Jefferson Market à Greenwich Village a été ma bibliothèque de quartier, et pour ma famille et notre communauté, ce n’est pas seulement un arrêt régulier pour les livres, les programmes et plus encore, elle  est une pierre angulaire, un phare, et l’un des bâtiments les plus aimés de notre quartier. Je ne sais pas ce que nous ferions sans elle. J’ai récemment appris que la Ville propose des compressions budgétaires qui auraient un impact significatif sur les services – moins d’heures, moins de bibliothécaires, moins de collections, moins de programmes, moins de classes.

Comme Carrie Bradshaw pourrait le faire, je ne peux pas m’empêcher de me poser la question : New York City,  peut-elle survivre sans de solides bibliothèques publiques ? Pouvons-nous, en tant que communauté, en tant que ville, accepter des compressions dans l’une des institutions ou organisations les plus importantes qui existent dans notre ville ? Un bâtiment, un abri et un espace qui offre à tous la possibilité d’accéder à la connaissance, à l’information et aux faits véridiques. Tout cela et aujourd’hui plus que jamais nécessaire.

Alors, je ne pouvais pas m’empêcher de me demander, pourrais-je, en tant que New-Yorkaise, accepter de coupes dans nos merveilleuses, importantes, nécessaires et bien-aimées bibliothèques? Je suis désolé. Je ne peux pas.

Ces coupes seraient une grosse erreur qui laisserait d’innombrables New-Yorkais sans accès aux services clé. Mais ne nous laissons pas emporter. Il est encore temps de changer.

Une chose que vous pouvez faire est de me joindre à moi en publiant une note collante expliquant pourquoi vous avez besoin et pourquoi vous aimez votre bibliothèque publique. Votre note informera le maire et le Conseil municipal de ce qui rend votre succursale locale essentielle.

 Nous ne pouvons pas laisser la ville négliger l’un de nos plus importants et premiers amours.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.