Quelques œuvres littéraires sur le Mexique pour le 16 septembre écrites par des non-mexicains

Le 15 et le 16 septembre sont des jours de congé au Mexique, question de fêter l’anniversaire de l’Indépendance de ce pays en 1810. Pour ce faire, je vous propose quelques ouvrages classiques qui traitent sur ce pays de l’Amérique latine écrites par des non-mexicains.

Des œuvres de fiction :

Le trésor de la Sierre Madre (1927) par Hermann Albert Otto Max Feig « B. Traven » (Pologne? 18??- 1969). Titre original :  Der Schatz der Sierra Madre.
le-tresor-de-la-sierra-madre-150651-264-432Beaucoup s’est écrit sur B. Traven, pseudonyme d’un écrivain de langue allemande nommé apparament Otto Feige, qui aurait utilisé plusieurs noms pendant toute son existence. Il mourra au Mexique en 1969. On connaît très peu de ses origines, mais un peu plus de sa vie. Ses œuvres les plus connues se déroulent au Mexique, entre elles figurent : Le Vaisseau des morts (1926), La Révolte des pendus (1955), Nouvelles mexicaines (Canasta de cuentos mexicanos, (1956) et Macario (1950).

Roman d’aventures, Le Trésor de la Sierra Madre nous raconte les péripéties des trois américains au Mexique des années 1920 qui cherchent de l’or dans une zone montagneuse et très dangereuse de ce pays autant par sa situation géographique que par les bandits qui rodent la région après la fin de la révolution mexicaine. La découverte d’or, n’aura qu’accentuer les problématiques et la discorde entre les personnages.

Le Serpent à Plumes (1926) par David Herbert « D.h. » Lawrence (Angleterre 1885-1930). Titre original : The Plumed Serpent.

téléchargement

Un groupe de touristes de visite au Mexique assistent à une corrida dans la ville de Mexico. Dégoûtée du spectacle, un des touristes – une femme – quitte les deux autres et fait la connaissance des deux Mexicains qui l’inviteront à un petit village près d’un lac. Là-bas, ces deux personnages essaient de revivre un culte préchrétien basé sur le dieu précolombien Quetzalcóatl.

Les interprétations du roman on été très diverses. On l’a catégorisé comme un plaidoyer pour la perte de la suprématie masculine de temps modernes, et pour d’autres, il montrait des brins de fascisme chez l’auteur. Cependant, d’autres, comme l’écrivain William Burroughs, ont été inspirés par ce roman.

La Puissance et la Gloire (1940) par Graham Greene (Angleterre 1904 –1991). Titre original : The Power and the Glory.

La_Puissance_et_la_GloireLors du gouvernement du président Plutarco Elias Calles, le Mexique, en voulant continuer le besoin de transformer la culture et l’économie mexicaines trop fondées sur une économie presque féodales – y compris la puissance du clergé catholique -, s’était engagé dans une lutte, parfois très violente, avec cette puissante Église. La violence avait touché particulièrement l’État de Tabasco au sud du pays.

Dans ce contexte se déroule le conflit de La puissance… qui oppose un strict et efficace lieutenant de police et un curé faible d’esprit. Le curé est persécuté par le lieutenant, car il est le seul curé qui restait « actif » dans cette province.

L’auteur avait voyagé au Mexique en 1938 et avait observé la persécution religieuse. La Puissance et la Gloire a été un franc succès de critique, mais avait suscité la furie de l’Église catholique, car, selon elle, le roman représentait très négativement les curés de la région.

Au-dessus du Volcan (1947) par Malcom Lowry (Angleterre 1909-1957). Titre original : Under the Volcano.

dessous_volcan_2 Il s’agit d’un roman dense de difficile lecture pour plusieurs. Mais si l’écriture est en soi un défi, l’histoire du roman est simple, celle d’un diplomate britannique déchu qui noie ses peines dans la tequila et le mescal dans un coin du Mexique. Le roman nous montrera ses dernières heures dans lesquelles il succombera encore plus à ses dérèglements, mais, paradoxalement, avec une lucidité téméraire et hallucinante.

Malcom Lowry, alcoolique lui-même, connaissait très bien de quoi il parlait en composant cet alcoolique efficace qui maîtrise sa maladie aux yeux des autres qui ne perçoivent pas vraiment l’étendue de sa chute et de sa perte.

Lowry aurait écrit certaines parties du roman à Vancouver.

La perle (1947) par John Steinbeck (États Unis 1902-1968). Titre original : The Pearl.

téléchargement (1)

L’œuvre de Steinbeck est considérable, leurs principaux romans sont : Of Mice and Men (1937) et The Grapes of Wrath, (1939) qui font un portrait de l’ouest américain lors de la Grande Dépression. En contraste à ces romans, La Perle pourrait paraître simple, mais le roman est fort émouvante dans son exploration de l’effet destructif du colonialisme capitaliste américain sur les cultures indigènes.

Il s’agit de l’histoire d’une famille de pécheurs (mère, père, fils) qui vivent de la pêche et parfois de la vente de perles trouvée par ci et par là. Un jour, le fils est piqué par un scorpion et il sera impossible par la famille de consulter un médecin sans argent. Quand le père trouve une perle énorme, il semblait qu’ils auront trouvé la solution à tous ses problèmes, mais loin d’apporter le bonheur qu’ils souhaitaient,  l’avarice et l’hypocrisie humaines leurs seront néfastes.

De si jolis chevaux  (1992) par Cormac McCarthy (États-Unis 1933-). Titre original : All the Pretty Horses. 

41lkferGtEL._SX301_BO1,204,203,200_ De si jolis chevaux fait partie de La Trilogie des Confins (The Border Trilogy): qui comprend aussi : Le Grand passage (1994) et Des villes dans la plaine (1998). Au milieu des années 1900, un jeune agriculteur, après la mort de son grand-père, part à l’aventure vers le sud accompagné d’un ami et tous les deux traversent la frontière mexicaine. Il s’agit d’un incroyable récit sur un certain désir d’arrêter le passage du temps, mais surtout d’arrêter ou de ralentir la modernisation du monde – et du rêve américain d’autrefois -, même si ce ralentissement pourrait apporter son lot de souffrance. Roman moins noir que ceux auxquels McCarthy nous a habitués.

 

Les Détectives Sauvages (1998) par Roberto Bolaño (Chili 1953-2003). Titre original en espagnol : Les detectives salvajes.

téléchargement (2)

Roman structuré dans trois parties, Los détectives sauvages a valu à Bolaño la reconnaissance – tardive – de la part de ses pairs et des critiques au-delà du monde de langue espagnole (le roman avait obtenu la première place du XVI Premio Herralde du roman en Espagne).

Dans la première partie « perdus au Mexique », on suit les vicissitudes de Juan Garcia Madero jeune mexicain écrivain en herbe durant l’année 1975 et de son contact avec deux mystérieux poètes: Lima et Belano. La deuxième partie « Les détectives sauvages » comprend les années 1976-1996 et elle est composée de témoignages qui ont rencontré les mystérieux poètes Lima y Belano. Ce qui permettra de poursuivre l’histoire qui avait commencé en 1975 autour de ses poètes. La troisième partie  » les déserts de Sonora » boucle la boucle qui aurait commencé dans la première partie et en enfin on comprendra mieux le voyage de ses poètes – et du jeune Madero – ainsi que le véritable créateur du « realvisceralismo » leur mouvement littéraire. Long roman, multiple et parfois chorale, plein de personnages loufoques et divertissantes, parfois dérisoires et angoissants. Il s’agit d’un de piliers de la littérature latino-américaine contemporaine.

ANITA SOUVENIRS D’UN CONTRE-GUERILLAS (1874) par Honoré Beaugrand (Québec 1849-1906).

41SIxhM3hQL._SX331_BO1,204,203,200_

Honoré Beaugrand (1848-1906) a été un journaliste, politicien et écrivain québécois qui comme tant d’autre catholiques dont la langue française était la langue maternelle, avait voyagé au Mexique en 1865 pour lutter contre le président mexicain Benito Juarez – seul président indien dans l’histoire de ce pays – qui avait osé l’impensable avec ses lois de réforme (Leyes de reforma) : assurer l’indépendance de l’État vis-à-vis de l’Église, établir la liberté de religion – jusqu’à ce moment-là le catholicisme était la religion de l’état-, nationaliser les biens de l’Église et fondé l’éducation laïque gérée par le gouvernement.  Juarez avait été chassé du pouvoir et les militaires françaises avaient envoyé des régiments pour appuyer  » l’Empire mexicain » sous le gouvernement de l’empereur Maximilien.

Beaugrand a fait partie d’un compagnie de contre-guerrilla (la deuxième) reconnue par se méthodes parfois brutales. On connait peu d’interventions de Beaugrand au sein de cette guerrilla mal famée. Anita est une  nouvelle très courte qui raconte les vicissitudes d’un soldat  de la 2ème des « contre-guerillas » françaises.

D’autres ouvrages :

Le Mexique insurgé (1914) Par John Silas Reed « Jack Reed» (États-Unis 1887 – 1920). Tire original : Insurgent Mexico. 

516KAD2+GDL._SX336_BO1,204,203,200_

Le journaliste américain John Silas Reed (1887-1920) a été témoin des combats lors de la révolution mexicaine, car en tant que journaliste ouvertement socialiste a partagé la vie des insurgés quand il est parti vers le Mexique pour y réaliser ce reportage cru qui sent le sang, la sueur, mais parfois aussi le pamphlet. Il a connu est même gagné la confiance du légendaire Francisco Villa. Il s’agit d’un reportage détaillé, dans lequel Reed tend parfois à oublier son objectivité professionnelle, mais il reste un ouvrage unique dans son genre.

 

Le Rêve mexicain ou la Pensée interrompue (1988)  par J. M. G. Le Clézio (France 1940-).

919jzEXH1JLEn quelque sorte, Le Clezio est amoureux du Mexique et surtout de son passé précolombien ainsi que de la façon dont ce passé est enraciné dans la culture métisse mexicaine. L’auteur lauréat du prix Nobel, nous fait part de sa nostalgie par un passé qu’il n’a jamais vécu, mais aussi de sa nostalgie pour ce qui aurait pu se passer si la conquête n’aurait pas eu lieu; si l’occident aurait laissé vivre ses peuples à la culture, société et connaissances hors pair. Certes, on peut se perdre dans l’océan de noms et des lieux aztèques et Mayas dans cet essai, mais c’est la plume, la fascination et l’érudition de Le Clezio à l’égard de ses cultures qui prennent le dessus et qui nous surprennent et nous délectent.

Messages révolutionnaires par Antonin Artaud (1979) (France 1896-1948)

41SN27N7FFL._SX294_BO1,204,203,200_width=

 » Ceci est un manifeste. Celui d’un homme en rage. Contre son pays, la France, contre sa culture bourgeoise puant la mort. Tout juste séparé des surréalistes, qui n’avaient trouvé comme champ à leur prétendue subversion que la négation, Antonin Artaud se tourna vers le Mexique. Là, dans la révolution en cours, il trouva une source d’inspiration hors du commun. S’y mêlaient le prolongement de sa réflexion sur le théâtre, son anti-matérialisme, son combat contre les idoles, son indifférence à la politique, qu’il estimait sans grand intérêt pour la « libération » de l’homme. Dans cet « unique lieu au monde où dorment des forces naturelles qui puissent servir aux vivants », il chercha des manifestations véridiques (à travers les rites sacrés) afin de renouer -chose qu’a oublié l’Occident- avec l’idée d’unité de l’homme. Contre ce qui « a pourri l’idée de la vie », autrement dit la Raison triomphante. Il comprit qu’une pensée hostile à toute intellectualité -justement celle qu’il mit en mouvement- était aussi une pensée. Manière magistrale de réinclure le corps comme donnée principale. » Par Benoît Laudier

messages-revolutionnaires pdf

Publicités

Un commentaire sur “Quelques œuvres littéraires sur le Mexique pour le 16 septembre écrites par des non-mexicains

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Les mille et une facettes

Sports, droit, médias, musiques, cinéma et remise en forme, beauté ou encore lectures, voici le blog que tu dois voir !

PhenixWebZine

"L'art comme étendard"

Art Vulgaris

Bienvenue sur Art Vulgaris, le site qui vulgarise l'Art et son Histoire.

Zeta Revista de Bibliotecología y Estudios de la Información

Zeta Revista de Bibliotecología y Estudios de la Información es una publicación digital semestral editada por estudiantes y egresados del Colegio de Bibliotecología, Facultad de Filosofía y Letras, UNAM, México; con el apoyo de colaboradores de distintas escuelas y colegios de disciplinas afines a la Información y Comunicación.

Lettres de Montréal

Cuba et la Traduction, Montréal, Ottawa, etc.

Brokilón

Donde solo las páginas de un libro pueden llevarte

Convergence

Le blogue de l'Association des archivistes du Québec (AAQ)

Ra/umblings of a Queer Muslim

writings and wanderings on religion, theology, queerness, identity, and space

Charybde 27 : le Blog

Une lectrice, un lecteur, deux libraires, entre autres.

Age of Revolutions

A HistorioBLOG

United Humanists

Humanists debating social issues, politics, religion, secularism, science, environment & more.

El Cuaderno de Ramón Martínez

Reflexiones activistas sobre heterodoxia sexual y de género

Michael A. Sherlock (Author)

Atheist & Freethought Blog

hls

...how would you Hack Library School?

Mr. Library Dude

Blogging about libraries, technology, teaching, and more

%d blogueurs aiment cette page :