Commentaire du Roman Guapa de Saleem Haddad

Guapa Rasa est un jeune professionnel arabe qui vit avec sa grand-mère. Il a étudié aux États-Unis, il était là lors des évènements du onze septembre 2001. À son retour, il peinera à trouver un emploi dans son domaine. Au moment où le roman débute, il travaille comme traducteur et interprète, et plusieurs de ses clientes sont des journalistes occidentaux. Comme tant d’autres jeunes arabes, il a participé au Printemps arabe, mais sa vision du phénomène est fort différente de celle qui cultive la presse occidentale.

Guapa raconte une journée de sa vie, en commençant commence à l’aube, après avoir été surpris par sa grand-mère avec un homme dans son lit, Taymour, son amoureux. Pendant que Rasa soupèse les conséquences de cette découverte, il vaque à ses occupations d’interprète pour une journaliste lors d’un rencontre avec un chef religieux dont la vision et le plan pour le futur vont à l’encontre des aspirations primaires de la révolte. Rasa cherche en même teps Maj, son ami d’enfance et complice d’aventures, qui semble disparu depuis la nuit dernière. Lors de retour en arrière, l’auteur nous fait connaître davantage sur Rasa : sa famille, la perte de statut de celle-ci lors de la mort de son père et la disparition de sa mère, la découverte de son homosexualité, les liens d’amitié qu’il tisse avec Maj, son voyage aux États-Unis et sa relation avec Taymour qui va se marier quand la nuit tombe.

Guapa – qui est le nom d’un bar gay clandestin – est un roman qui relate les soucis et nuances de la quête libertaire du printemps arabe par le biais du parcours d’un jeune apolitique et non religieux – et qui se trouve à être gay. En ce sens, le roman dépasse les clichés autant sur un personnage gay non occidental que sur un jeune ayant participé au printemps arabe. Le roman présente toutes les aspérités et rugosités qui sont parfois gommées ou amplifiées par les récits provenant de voix étrangères. Guapa est un parcours autant historique qu’intérieur qui nous expose la vie de ce jeune homme sur divers registres qui s’incorporent et qui font de lui ce qu’il est ; impossible de les séparer, car cela compromettrait l’intégrité du personnage.

Saleem-Haddad
Saleem Haddad

Il y a quelques années, j’ai participé, en tant que représentant de son réseau LGBT, à un atelier lors des réunions de jeunes de la section canadienne francophone d’Amnistie internationale, et avec mois se trouvait Z, un jeune égyptien qui avait été emprisonné en Égypte à cause de son orientation sexuelle et qui était devenu réfugié au Canada. Après avoir raconté son histoire, lors de la session des questions, quelqu’un lui avait demandé sur sa relation avec sa religion dans le contexte de tout ce qui lui était arrivé à cause de son homosexualité. Z avait répondu qu’il en avait fait un compromis. Pour plusieurs jeunes québécois participant à la réunion, cette réponse avait paru bizarre, peut-être, ils s’attendaient de la part de Z à une attaque contre la religion et non à cette réponse ambiguë qui laissait entrevoir un certain respect envers elle. J’imagine que certains parmi ces jeunes ont été déçus par cette réponse qui semblait montrer que les racines religieuses du passé de Z restent encore bien implantées en lui. Or, dans Guapa, à un moment donné, Rasa parle de la honte d’être gay et de comment cet aveu qu’il se faisait lui-même, malgré le fait qu’il soit bien dans sa peu, dérangeait certains camarades occidentaux. Pour eux, cette honte n’était qu’un signe de faiblesse, de ne pas avoir eu encore le courage d’être, de vivre totalement son homosexualité, mais pour Rasa, au contraire, l’acceptation de sa honte révélait son acceptation de son homosexualité dans toute sa complexité, sans pressions extérieures, sans être limité et délimité par ce qu’il est censé être et faire ; pour Rasa embrasser cette honte était une façon de s’accepter soi-même sans peur et sans reproche.

Il est très facile, pour un immigrant de tomber dans le désir de se modeler selon les expectatives de l’autre, de gommer toute partie de nous-mêmes qui croyons, à tort à raison, nécessaire écarter pour bien nous intégrer dans une société. Je me souviens par exemple quand je suis arrivé a Canada, j’avais participé dans un organisme LGBT de l’Amérique latine de Montréal. Pour certains membres de cette association, le travestisme était anathème, une sorte de rémanent archaïque, un signe de tiers-mondisme, un exemple d’une activité dépassée dans une ville urbaine et cosmopolite comme Montréal. Tout cela était faux evidemment. En fait, ce rejet du travestisme n’exposait que les préjugés qu’existaient dans certaines membres envers les minorités à l’intérieur de la minorité LGBT (Travestis, transsexuels, etc. Transgenres, etc.) et, en même temps, il évoquait un racisme voilée vers certaines pays, car la plupart de ce qui se plagiaient des Drag Queen latinas venaient du Cône Sud et percevaient telles activités comme signe de l’infériorité des gais venus de l’Amérique centrale.

C’est pour tout cela que le roman Guapa m’a touché particulièrement car il expose les difficultés dans l’intégration et dans le tissage des relations entre un individu et la société dans laquelle elle vit autant comme native de telle société que comme immigrant.

Français :
« Ce qui est tabou, ou 3ayb, est difficile à dire en arabe »

Anglais :
Being Queer, Arab, & Everything in Between: Interviewing Saleem Haddad, the Author of “Guapa »
Interview | Author Saleem Haddad on the Middle East’s ‘don’t ask, don’t tell’ gay culture  (Attitude)
Saleem Haddad’s “Guapa” explores gay identity in the Middle East
( Why )
‘Guapa’ Is Much More Than Simply a ‘Gay’ Novel (Pop Matters)
GUAPA (Publishers Weekly)
REVIEW: ‘Guapa,’ by Saleem Haddad  (Star Tribune)
Princess Jasmine strips (London Review of Books)
Read an Excerpt from Saleem Haddad’s Debut Novel ‘Guapa’ ( Vice )
Guapa by Saleem Haddad ( The Rumpus )
Guapa (Kirkus )
Guapa by Saleem Haddad review – an explosive debut (The Guardian)
Guapa’ by Saleem Haddad (Lambda Literary )

Sur l’écrivain :
http://www.saleemhaddad.com/
@sysh

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s