Quelques films sur le SIDA pour le premier décembre, journée internationale du SIDA

Fiction

An realy frost. (John Erman – 1985).

Un des premiers films de fiction ayant comme thème principal le VIH. Film fait pour la télévision en 1985 avec Aidan Quinn Gena Rowlands, Terry O’Quinn, John Glover, Bill Paxton, and Ben Gazzara.

Long Time companion. (Norman René – 1900).

Le premier film américain diffusé largement aux États-Unis traitent du SIDA. Le terme Compagnon de long date était utilisé durant les années quatre-vingt pour  décrire un veuf d’une personne morte du SIDA.

Les Nuits fauves. (Cyril Collard – 1992).

Les Nuits fauves est un film réalisé, écrit et joué par Cyril Collard basé sur son propre roman du même nom.  Oeuvre culte qui avait reçu 4 Cèsars dont le meilleur film.

Zero Patience. (John Greyson – 1993).

Film Musical du canadien John Greyson. Film qui essaie de réfuter la thèse avancé pendant très long temps qui visait un canadien, Gaetan Dugas, comme le « patient zero »,  celui qui avait introduit le Sida en Amérique. Aujourd’hui, cette thèse est reconnue fautive.

Philadelphia. (Jonathan Demme – 1993).

 

 

And the Band Played On. (Roger Spottiswoode – 1993).

Basée sur le travail journalistique de Randy Shilts :  And the Band Played On: Politics, People, and the AIDS Epidemic. Écrit en 1987.

N’oublies pas que tu vas mourir. (Xavier Beauvois – 1995).

Pour échapper au service militaire, un jeune français simule une tentative de suicide. Lors d’un test médical, il découvre qu’il est séropositif. Il, alors, se lancera dans une quête effrénée de plaisirs. En compagnie d’Omar, il découvre la drogue et le sexe tarifé à plusieurs.

Jeffrey. (Christopher Ashley – 1995).

Comédie américaine sur un homme gay qui a peur du Sida, mais qui tombe amoureux d’un séropositif.

It’s My Part. (Randal Kleiser – 1996).

Nick Stark est un architecte homosexuel atteint du sida depuis quelques années. Il décide de se suicider, et pour l’occasion il  fera une grande fête à laquelle seront invités tous ses amis et sa famille.

Drôle de Félix. (Olivier Ducastel et Jacques Martineau – 2000).

Felix est un jeune français séropositif qui après la mort de sa mère décide de voyager pour confronter son père qui les avait quitté quand il était enfant.

The Hours. (Stephen Daldry – 2002)

L’histoire de trois femmes en des temps différents, liés seulement par un parallèle dans leur vie personnelle. Une, aujourd’hui, fait une fête pour un écrivain ami souffrant du sida. Un autre vivant en 1949 à Los Angeles, souffre comme jeune femme et mère. La dernière est Virginia Woolf l’écrivaine  britannique de «Mme Dalloway».

Angels In America. (Mike Nichols – 2004).

Mini-série américaine basée sur la pièce de théâtre écrite par Tony Kushner. Le titre original complet de la pièce est Angels in America : A Gay Fantasia on National Themes (littéralement, « Des Anges en Amérique : une fantaisie gay sur des thèmes nationaux »). Le titre original de la première partie est Millenium Approaches (Le millénaire approche), celui de la seconde partie est Perestroika. (wikipedia)

Rent.  (Chris Columbus – 2005).

 

The Line Of Beauty. (Saul Dibb – 2006).

Nick Guest vient à Londres pour vivre avec la famille de son collègue du collège, les Feddens. Un court séjour devient permanent, et Nick se positionne dans la vie de cette famille pendant les années Thatcher. Au cours de trois épisodes couvrant quatre ans au milieu des années quatre-vingt, nous suivons les deux amours homosexuelles de Nick dans un temps de promiscuité et de négligence, jusqu’à ce que la crise du Sida et un scandale menacent la vie comme il l’a connu.

Dallas Buyers Club. (Jean-Marc Vallée – 2013).

Un cowboy violent, macho et homophobe, adepte du rodéo, de l’alcool, de la cocaïne et du sexe, est diagnostiqué séropositif au VIH. Il apprend que ne lui reste plus que trente jours à vivre. Face à l’inefficacité et à la dangerosité de l’AZT, seul médicament antirétroviral autorisé sur le sol américain à cette époque, il se lance dans la contrebande de médicaments alternatifs qui ne sont pas autorisés par la FDA. Il s’associe avec Rayon (ou Raymond), une séropositive transgenre, avec qui il étend son entreprise. Ensemble, ils fondent le Dallas Buyers Club, premier des douze clubs qui permettront aux séropositifs américains de se fournir en médicaments antirétroviraux étrangers en provenance du Mexique ou du Japon.

The normal heart. (Ryan Murphy – 2014).

C’est une adaptation de la pièce théâtrale du même nom de Larry Kramer qui raconte la création du premier organisme contre le VIH au début des années quatre-vingt – Le GMHC : Gay Men Health Crisis- un organisme qui existe encore.

Juste la fin du monde.  (Xavier Dolan – 2016).


Un jeune auteur retourne dans son village natal après 12 ans d’absence afin d’annoncer aux siens sa mort prochaine

Documentaires

Stephen Fry – HIV and Me. (Ross Wilson- 2007).

How to Survive a Plague. (David France – 2012).

Documentaire qui raconte l’histoire de la création d’Act-Up (AIDS Coalition to Unleash Power), mais particulièrement du Comité Traitements de cet organisme qui se séparera d’Act -Up pour former TAG (Traitement Action Group). Il s’agit du groupe qui a conçu l’idée d’une thérapie antirétrovirale composée de trois médicaments. La thérapie actuelle, forte efficace contre le VIH.

We Were Here. (David Weissman, Bill Weber – 2012).

Documentaire sur le VIH en San Francisco

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s